Pourquoi : L’Écomusée du fier monde a été contacté par la Société culturelle québécoise des Sourds (SCQS). La mission et les objectifs de la SCQS sont, entre autres, de préserver, encourager et développer les intérêts culturels des Sourds du Québec et de favoriser une meilleure compréhension entre les Sourds et les « entendants ». De cette rencontre est née une volonté de travailler ensemble à un projet de médiation culturelle afin de favoriser l’intégration des Sourds aux activités de l’Écomusée du fier monde, de faire connaître la condition sourde et mettre en valeur la culture sourde. Principe : Ateliers 1 et 2 : Visites et discussions Des visites commentées de l’exposition permanente de l’Écomusée, À cœur de jour ! Grandeurs et misères d’un quartier populaire, ont été offertes au public sourd en langue des signes québécoise, en American Sign Language et en français par une guide sourde et une guide « entendante » (avec la présence d’une interprète). Ces visites étaient suivies d’échanges autour des défis et des expériences vécues par les Sourds dans les musées en termes d’accessibilité. Ateliers 3, 4 et 5 : préparation d’une mini-exposition Nous avons réunis les participants des activités décrites ci-dessus afin de préparer une petite exposition présentée pendant un mois à l’Écomusée autour des enjeux discutés durant ces échanges. La question de la langue des signes est apparue comme un thème central dans ce projet. Nous avons également fait une grande place aux artistes de la communauté sourde montréalaise. Table ronde sur l’identité linguistique et culturelle Dans le cadre de l’exposition, nous avons organisé une table ronde réunissant différents intervenants du milieu de l’éducation en lien avec les parents et enfants sourds et « entendants ». Projet d’exposition temporaire Le projet d’exposition est en cours avec un volet itinérant. Peuple de l’œil, 160 ans de la communauté sourde, circulera dans plusieurs villes canadiennes et sera donc adaptée (volets artistique et communautaire) dans les différents lieux de diffusion qui l’accueilleront. Objectif : – pour les publics ? Le projet a permis d’élargir les groupes rejoints. L’exposition a montré le travail de plusieurs artistes sourds permettant une prise de conscience des défis de la communauté. Les participants aux activités culturelles ont été rejoints à travers le réseau artistique de la communauté sourde et dans les groupes communautaires en alphabétisation notamment. – pour le territoire ? La population qui vit dans le Centre-Sud de Montréal est appelé à découvrir une communauté méconnue et à mieux connaître un patrimoine urbain important, puisque de grandes institutions pour les sourds-muets ont laissé d’imposant bâtiments dans le paysage montréalais. – pour la structure ? La question linguistique constitue un défi important dans ce projet. La communication est assurée par l’entremise d’interprètes lors des activités auxquelles est conviée la population « entendante ». L’organisation de tels événements (activités, vernissage, table ronde) doit prendre en compte cette réalité. Il faut prévoir plus de temps pour les réaliser et atteindre l’objectif de l’Écomusée de rejoindre tous les publics. Ce type de projet remet en question les façons plus traditionnelles de travailler et amène la structure à se familiariser avec un univers culturel qui lui est étranger. Resultat : Nous avons observé la faible fréquentation des musées par le public sourd et le fait que les musées abordent rarement la condition et la culture Sourde. À travers ce projet, l’Écomusée a donc favorisé l’ouverture du musée à ce public souvent marginalisé. Les partenaires, les citoyens et les participants membres d’organismes et d’institutions ont permis de sensibiliser le grand public sur les défis quotidiens des Sourds fréquentant ou non les musées québécois. La contribution des participants aux activités a permis de réaliser un projet d’éducation original qui se poursuit en 2016-2017 sous la forme d’une exposition de grande envergure présentée dans plusieurs villes canadiennes.